Vive la destitution de Donald Trump

0

Les marchés se moquent d’un éventuel «impeachment» de Donald Trump. Son successeur prendrait les mesures espérées. Et aurait une meilleure coupe de cheveux.

Destitution. Il aura fallu que le mot soit lâché aux Etats-Unis pour que les marchés retrouvent un léger sentiment d’incertitude et que la volatilité remonte depuis les plus bas historiques qu’elle a récemment fréquentés. Mais la faculté d’adaptation des marchés – ou leur complaisance – est devenue telle que leur progression n’a pas été troublée plus de deux jours.

Calcul rapide

Le calcul a été rapide. Donald Trump destitué, son programme d’investissement dans les infrastructures et sa réforme fiscale tomberaient à l’eau. Emportant dans leur chute les éléments qui ont tellement séduit les marchés. Wall Street a d’ailleurs vécu mercredi sa pire journée de l’ère Trump, avec un recul de 1,8%.

Mais un autre scénario s’est rapidement imposé. Le long processus d’impeachment doit être déclenché par la Chambre des représentants, où les Républicains sont largement dominants. Puis le Sénat (où le camp conservateur est majoritaire de peu) devra le soutenir à une majorité des deux tiers.

Mike Pence comme successeur

Ensuite, si Trump est écarté, son successeur serait le vice-président, Mike Pence. Pas vraiment un saut dans l’inconnu. Et Pence ne remettrait certainement pas en cause la réforme fiscale voulue par Trump. Le programme républicain serait simplement appliqué par une personne plus équilibrée et mieux coiffée.

Vendredi, des investisseurs expliquaient même que les marchés réclamaient Pence. Sans surprise, les bourses ont fini la semaine en beauté, avec une nette reprise des indices et une progression du pétrole. Les fondamentaux avaient repris le devant de la scène. Les bons résultats de Deere & Co. et Autodesk sont venus rappeler que la capacité bénéficiaire des entreprises continue à dépasser les attentes, avec ou sans Trump.

Croissance faible, mais stable

Une autre dimension semble néanmoins oubliée: une reprise molle mais stable s’est plus ou moins généralisée dans le monde. Avec une croissance de l’ordre de 2% aux Etats-Unis, un peu moins en Europe, et une bonne tenue des émergents. Difficile dans ces conditions de justifier des marchés haussiers déchaînés. Mais cette conjoncture faiblarde semble partie pour durer. Elle sera certainement plus difficile à destituer, elle.

https://www.letemps.ch/economie/2017/05/21/vive-destitution-donald-trump

Share.

About Author

Leave A Reply

%d blogueurs aiment cette page :