CONGO : RÉVOLTANT ! Pour 2 PHOTOS et 1 DISCOURS, la RD CONGO a proposé $ 650.000 à Bill CLINTON.

0

CONGO, une republique bananière

Le Congo, l’une des nations les plus pauvres de la planète, a proposé au Président Bill Clinton 650 000 dollars d’honoraires pour un discours – une somme équivalente au revenu annuel de 2813 Congolais. Le FMI classe en effet la République Démocratique du Congo bonne dernière en matière de revenu par habitant. Qu’espérait-elle en échange de son investissement ?

Dans le contrat proposé [à Bill Clinton] en 2012, les organisateurs prévoyaient un discours et au moins une photo avec chacun des dirigeants de la République Démocratique du Congo et de [la République]du Congo, cette dernière paraissant partager les honoraires princiers. (Puisque deux pays portent le nom de Congo [la République Démocratique du Congo – Congo-Kinshasa – et la République du Congo – Congo-Brazzaville], à chaque fois que je me référerai à la RDC, j’écrirai « Congo » seul.) Deux photos et une conversation ne semblent pas grand-chose en échange d’une telle somme. La question est donc la suivante : Quoi d’autre le Congo voulait-il pour son argent ?

L’offre extraordinaire que le Congo fit à Clinton a fait surface pour la première fois dans un lot de courriels de Hillary Clinton révélés en août dernier, laquelle offre n’a pas attiré beaucoup d’attention à l’époque. De nouveaux documents qui ont été récemment divulgués, connus sous le nom de « Panama Papers », jettent une nouvelle lumière sur ce mystère ainsi que sur les méfaits commis par les dirigeants corrompus du Congo.

Alors que Hillary Clinton était Secrétaire d’Etat, la plus haute responsable américaine en relation avec les dirigeants étrangers, l’ancien Président Bill Clinton a parcouru le monde entier pour délivrer des discours aux dirigeants de la planète et à des intérêts étrangers –gagnant au moins 48 millions de dollars tandis que sa femme était à la tête de la diplomatie américaine. Pourquoi ces paiements à un Clinton ne sont-ils pas considérés comme des pots-de vin à l’autre Clinton ?

C’est précisément pour empêcher que cela soit perçu ainsi que le Département d’Etat devait approuver tous les discours internationaux de l’ancien président. Par conséquent, le directeur de la politique étrangère de la Fondation Clinton, Amitabh Desai, a envoyé à un responsable du Département d’Etat la demande de Clinton d’accepter les 650 000 dollars, écrivant « WJC [William Jefferson Clinton] veut savoir ce que le [ministère] en penserait s’il prenait cette somme à 100% pour la fondation ».

C’est le camouflage favori des Clinton. L’argent était destiné à la Fondation Clinton à but non-lucratif, qui est contrôlée par les Clinton et leur fille [Chelsea], d’où il aurait pu être utilisé pour des services médicaux, la scolarité et autres bonnes actions. Utiliser de l’argent pour aider votre prochain n’est pas de l’enrichissement, disent-ils. C’est vrai, mais telle n’est pas la question. Donner de l’argent à une oeuvre caritative ne répond pas à la question de savoir si celui-ci a été reçu en tant que pot-de-vin. Pour y répondre, on voudrait savoir ce que les dirigeants étrangers veulent en échange de leurs donations. Après tout, les dirigeants congolais ne sont pas préoccupés par les déductions fiscales au titre de la charité sur leurs déclarations d’impôt aux Etats-Unis. Alors, pourquoi un tel cadeau avec l’argent de leur pauvre pays.

Apparemment, le Département d’Etat a refusé les plans de Clinton de se rendre au Congo, de même que sa demande de délivrer un discours rémunéré en Corée du Nord. En tous cas, il ne s’y est pas rendu. Mais c’est la proposition elle-même qui pose problème.

Que voulait le Président du Congo Joseph Kabila ? Si l’on peut spéculer à l’infini, deux possibilités semblent les plus probables: il cherchait la permission des Etats-Unis d’ignorer la constitution du Congo afin de rester au pouvoir au-delà de la limite fixée à deux mandats, laquelle expire en 2016, et il voulait protéger des enquêteurs internationaux ses actifs à l’étranger. Bill et Hillary, en particulier lorsqu’elle était secrétaire d’Etat, auraient pu, s’ils le voulaient, être d’une aide précieuse dans les deux cas. Rester au pouvoir et conserver des milliards de profits mystérieux auraient certainement valu 650 000 dollars, si c’était l’accord que Kabila avait en tête.

Il est temps pour les Clinton et leur fondation de révéler toutes leurs communications avec Kabila et son régime. Comment était-on arrivé à la somme de 650 000 dollars [tous frais payés + voyage en jet privé]? Que voulait le Congo en échange ? Les Clinton ont-ils offert d’apporter une aide avec les Etats-Unis, l’ONU, l’UE ou d’autres responsables internationaux ? Et qu’en est-il des comptes de Kabila à l’étranger ?

De nouvelles preuves issues des « Panama Papers », une mine d’informations sur quelques 200 000 sociétés offshore immatriculées par la firme juridique Mossack Fonseca, ont été remises au quotidien allemand, Suddeutsche Zeitung, et ensuite au Consortium International de Journalistes d’Investigation. Une douzaine d’actuels et anciens dirigeants nationaux, et plus de 100 autres responsables élus de pays nord-américains et européens, ont vu leurs noms sortir de cette pile massive de documents dérobés.

La sœur jumelle du Président congolais Joseph Kabila apparaît également dans les « Panama Papers ». Elle possède une société écran dont la valeur excède 100 millions de dollars. La sœur de Kabila, Jaynet Kyungu, a ouvert une société peu après l’arrivée au pouvoir de son frère. Les directeurs initiaux étaient enregistrés sous les noms de Kalume Nyembwe Feruzi et « Ursula Kyungu », nom que Jaynet Kyungu utilise parfois dans les registres commerciaux. La famille Feruzi serait proche de la famille Kabila depuis Laurent Désiré Kabila, père de Joseph Kabila et de Jaynet Kyungu et ancien président de la République Démocratique du Congo. La société écran, Keratsu Holding Limited, a été immatriculée dans la petite île du Pacifique Sud, Niue, le 19 juin 2001, cinq mois après que Joseph Kabila est devenu président.

Keratsu Holding Limited a rapidement pris du retard dans ses paiements d’immatriculation dus au gouvernement de Niue – et a dû faire une série de demandes d’inscription révélatrices. Elle a soumis une « demande de restauration » en 2010, laquelle comprenait une déclaration sous serment du co-propriétaire de la société de Kabila, Kalume Nyembwe Feruzi : « J’ai besoin maintenant que Keratsu Holding Limited soit restaurée et rétablie avant que les actifs de la société puissent être réalisés ». Un conseiller de Feruzi a expliqué à la firme Mossack Fonseca : « [Feruzi] a besoin de recevoir des dividendes. » Tout comme Kabila, sans aucun doute.

D’où provenaient ces dividendes ? En partie de sa participation à hauteur de 9,6% dans la plus grande entreprise congolaise de téléphones cellulaires, Vodacom Congo Sprl, laquelle à son tour était estimée à 1,5 milliards de dollars en 2010. La société écran pourrait bien détenir d’autres actifs commerciaux.

La sœur de Kabila détient également une part de Congo Digital, une filiale de la société de radio-télé diffusion Multimedia Congo s.p.r.l.

Il semble probable qu’elle détient ces actifs en partie parce que son frère est président du Congo. Le pouvoir est une affaire de famille chez les Kabila.

Tout comme chez les Clinton. Prenez en considération le cas de Lundin Mining. Lukas Lundin, un investisseur suédois qui créa cette société, a donné entre 1 et 5 millions de dollars à la Fondation Clinton entre 2007 et 2013. (La Fondation ne rend compte que d’une fourchette, pas de montants exacts, pour certains de ses donateurs.) Selon un communiqué de presse de 2007 de la Fondation Clinton, Lundin Group avait promis a celle-ci 100 millions de dollars supplémentaires. Lundin Mining a des opérations importantes au Congo. Un associé de Lundin dans ses opérations au Congo, Freeport-McMoran Copper & Gold, a donné à la Fondation Clinton jusqu’à 500 000 dollars, selon des documents publiés par la fondation, qui présentent une contribution dans une fourchette de 250 000/500 000 dollars. Qu’est-ce que ces géants de l’extraction minière voulaient en échange ? Le Département d’Etat, sous la direction de Clinton, est entré en pourparlers avec le Congo en 2010 au sujet d’un différend avec Lundin et Frepport-McMoran, dans ce que le Financial Times a caractérisé comme « un soutien à Freeport ». L’auteur du livre Clinton Cash, Peter Schweitzer, raconte une histoire similaire. Le résultat parle tout seul. Le Congo a renoncé à ses efforts de s’emparer de l’une des mines de cuivre les plus rentables au monde appartenant à Lundi et à ses associés en échange d’une augmentation de moins de 3% de sa part sur les bénéfices.

Alors, qu’attendait donc Kabila en échange de son cadeau à la Fondation Clinton. Il avait manifestement vu d’autres hommes d’affaire dans son pays (comme Lundin) prospérer après leur générosité vis-à-vis de la Fondation Clinton. Peut-être est-ce une coïncidence que ces affaires se soient succédé.

D’une façon ou d’une autre, Kabila savait qu’une donation pouvait être une bonne manière de se couvrir. Après tout, il connaissait les allégations, durant la présidence de Clinton, selon lesquelles Clinton avait échangé des nuitées dans la chambre de Lincoln [qui se trouve dans l’aile est de la Maison Blanche]en échange de financement de campagnes électorales. La Fondation Clinton reprend-elle simplement la même idée à plus grande échelle ? On peut voir pourquoi Kabila, coutumier des manières d’un continent corrompu, pouvait penser ainsi.

A présent que Hillary Clinton semble en route pour décrocher la désignation du Parti Démocrate pour la présidence, il est temps de poser la question suivante: Que doit sa fondation éponyme aux dirigeants étrangers et aux autres qui l’ont financée ?

Postface: La dernière fois que j’ai écrit sur la corruption au Congo, cela menait à Zoe Kabila, le frère cadet du Président Kabila, qui aurait tabassé le président du parlement congolais, Évariste Boshab, lequel perdit connaissance, en 2014. Des reportages de la presse africaine avaient spécifiquement mentionné qu’il avait été tabassé à cause d’un « article de Forbes écrit par Richard Miniter ». Cette attaque eut lieu après que Zoe Kabila et la sœur jumelle [du dictateur], Jaynet Kyungu, eurent accusé Évariste Boshab d’avoir été la source anonyme de mon article paru dans Forbes. Le Président Kabila aurait été présent durant cet interrogatoire musclé, qui s’est apparemment déroulé dans une ferme qu’il possède près de Kinshasa. Afroamerica News décrit sa source pour l’histoire du tabassage comme étant un « responsable proche du Président rwandais Paul Kagame », dont le nom n’a pas été révélé. A titre d’information, le président du parlement n’était pas ma source pour l’article en question et ne fait pas non plus partie de mes sources pour le présent article. Ce tabassage n’est qu’une injustice de plus qu’aurait commis le régime de Kabila.

Share.

About Author

Leave A Reply

%d blogueurs aiment cette page :