Gabon: la fronde se poursuit au sein du PDG avec neuf démissions de députés

0

Au Gabon le mouvement de contestation prend de l’ampleur au sein du PDG, le parti au pouvoir. Vendredi 1er avril, neuf députés du PDG ont décidé de démissionner de leur poste à l’Assemblée nationale. Ces démissions interviennent après l’exclusion du PDG le 9 mars dernier de trois frondeurs qui demandaient la tenue de primaires au sein du PDG. Ces derniers ont décidé de présenter leur propre candidat à l’élection présidentielle d’août prochain. Jeudi, c’était le président de l’Assemblée nationale Guy Nzouba-Ndama, lui aussi membre du PDG et 3ème personnalité du régime qui démissionnait.

Les neuf députés ont annoncé leur démission collective de l’Assemblée nationale. « Nous informons l’opinion nationale et internationale de notre démission collective de l’Assemblée nationale, tout en réaffirmant cependant notre indéfectible attachement à l’héritage politique du Parti démocratique gabonais, auquel nous demeurons viscéralement attachés », a déclaré Vincent Ella Menie, leur porte-parole.

Répondant aux questions des journalistes, le député a précisé les raisons de cette rupture avec le pouvoir : « [de]Notre point de vue, la situation est sérieuse ; l’heure est grave. Parce que nous n’avons jamais atteint le niveau que nous avons atteint maintenant. Malgré la sonnette d’alarme que nous avons tirée, nous constatons que les mêmes abus persistent. Pour le bien du pays et en tant qu’élus, nous avons démissionné ».

Le pouvoir n’a pas encore officiellement réagi à ces démissions. Toujours est-il que la situation est assez inédite. La dernière fois que le parti au pouvoir avait subi une telle hémorragie, c’était au début des années 90 alors que le pays venait de tourner la page du parti unique. A l’époque, Omar Bongo, quoique abandonné par les ténors du PDG, avait réussi à se maintenir au pouvoir.

RFI

Share.

About Author

Leave A Reply

%d blogueurs aiment cette page :