BOLLORE VINCENT : ses plans secrets pour le CAMEROUN.

0

BOLLORE VINCENT : Main mise sur le cameroun

Chères populations du Cameroun, M. Vincent  Bolloré « le Messie envoyé par les lobbies négriers et néocolonialistes  français pour sortir notre pays de la misère et pour l’émergence en 2035 », a pompeusement annoncé le 06 avril dernier, au terme d’une audience avec le Président Paul Biya au Palais de l’Unité, qu’il entend « ouvrir des Salles de spectacles modernes à travers les villes du Cameroun en commençant par Yaoundé et ce, dès juin prochain »

Pour des naïfs et  esprits simples, il s’agit d’une énième action de bienfaisance et de magnanimité que vient de poser  Vincent Bolloré qui, il faut le souligner avec force, est la vitrine légale des réseaux, officines et d’une myriade de barbouzes qui, nuit et jour, conceptualisent et élaborent des stratégies pour une recolonisation totale et brutale de l’Afrique, notamment le Cameroun.

Chers frères et sœurs camerounais, vous savez que la France, comme la plupart des vieux pays ouest-européens, a officialisé et légalisé l’homosexualité, et est devenue grande exportatrice et promotrice de la pédophilie (malgré les déclarations officielles de leurs  autorités), de la zoophilie (des relations sexuelles entre les hommes et les animaux).

A ces jours, tout Etat ou toute autre nation qui s’oppose à cette diabolique et démoniaque logique est combattu par ces lobbies tapis dans les Ambassades et Consulats français. Ils encouragent ouvertement les populations locales, au nom de la mondialisation et de la pseudo-modernité, à se livrer à ces ignominieuses  et infamantes pratiques. Les Etats hostiles à cette sauvagerie sont qualifiés d’homophobes et traités avec mépris et arrogance par leurs caisses de résonance que sont RFI, France 24, TV5,  BBC et VOA.

Et selon ces réseaux de médias, le Cameroun est le 3ième Etat homophobe après l’Iran et l’Afghanistan. Nous pensons que ce classement (d’être l’un des Etats les plus homophobes au monde), honore notre pays dont les populations, à plus de 99% refusent toutes ces vomissures que les vieux Etats occidentaux tentent d’exporter en Afrique notamment au Cameroun. Ces médias, dans leur quête  quotidienne du sensationnel estiment que « l’homophobie fait partie des facteurs qui plombent le climat des affaires au Cameroun.

Voilà qui est dit. Certains journaux camerounais, corrompus et fragilisés par les conditions de vie, infiltrés par ces lobbies homosexuels, récitent comme des perroquets ce que les réseaux français  tapis à l’Ambassade de France leur instruisent d’ânonner, sans rendre  compte qu’ils contribuent à la destruction, à la déchéance et à la déstructuration du tissu social, culturel et familial de leur propre pays. A titre d’illustration, le journal « LE SOIR », dans sa publication du 18/01/2016, parlant de l’Emergence du Cameroun en 2035, a énuméré les points qui bloquent et plombent cette marche  vers ladite émergence. Ce journal, dans ce numéro  estime que « l’homophobie est le facteur limitant qui  compromet tous les efforts du régime actuel pour l’émergence ».Voilà à quel jeu  ces prétendus journaux locaux  jouent y compris les medias publics  en commençant la Crtv.

Au cours de ses nombreuses et maladroites sortie médiatiques, M. Issa  Tchiroma Bakary, Ministre camerounais de la Communication, face aux pressions des medias et lobbies homosexuels français, avaient honteusement déclaré «les homosexuels se promènent librement dans les rues au Cameroun. Nous répétons ici haut et fort que «  les homosexuels ne seront jamais à l’aise et n’opéreront jamais en plein jour au Cameroun. Ils seront combattus désormais par les populations avec les moyens appropriés connus de tous. Il faut que cela soit connu de tous. Leurs parrains français n’ont qu’à leur octroyer des cartes de « Réfugiés Sexuels » en France ou ailleurs dans l’Union Européenne.

Vincent Bolloré, par peur de la réaction des Camerounais, pour casser le courant majoritairement nationaliste, souverainiste, panafricaniste et hostile à l’homosexualité, a choisi d’emprunter une voie plus douce et subtile qu’est la construction des «  Salles de Spectacles » dites modernes à travers les villes du Cameroun. C’est le résultat d’une  étude commandée par le Groupe Bolloré et réalisée par une officine parisienne dont nous vous présenterons les éléments dans un proche avenir.

Les Conseillers du Président Biya et autres Personnalités qui gravitent autour  du Chef de l’Etat camerounais doivent lui expliquer en profondeur les enjeux que revêt  la décision prise par Bolloré,  celle de construire les soi-disant salles de spectacles au Cameroun. Ces Conseillers doivent lui faire comprendre qu’il s’agit de la mise en application de la nouvelle pensée et stratégie politique, économique et culturelle de la France en Afrique et particulièrement au Cameroun. Cette stratégie est clairement exposée dans les deux Rapports Védrine et Attali. Accepter et autoriser qu’un Etranger de surcroît français, vienne investir dans la culture dans notre pays, c’est sceller le sort de notre peuple et nos populations pour plusieurs générations. Ces Conseillers à la Présidence : Professeurs agrégés de ceci, Docteurs d’Etat de cela, ont-ils pris un laps de temps ne serait-ce que pour lire quelques pages desdits Rapports ? En ont-ils entendu parler ?

J’interpelle à ce sujet  le Pr  Luc Sindjoun qui a même présidé l’Association Africaine de Science Politique, qui  à ce jour est Conseiller Spécial à la Présidence de la République. Cher Pr Sindjoun que dites-vous au Président Paul Biya concernant ce genres de sujets ? Notre Chef d’Etat, qu’on le veuille ou non est une personne du 3ème âge, bientôt même du 4ème. Il a tout notre respect et considération, mais il n’est plus à même de comprendre les contours et les pièges d’une offre comme celle faite par le Charognard  français Bolloré.

La Culture d’un pays est le socle et le substratum  sur lesquels sont adossés toute Civilisation et tout peuple. Les Salles de spectacles en question ne seront autres choses que des «  maisons de passe, des maisons closes et de proxénétisme » où les retraités homosexuels français viendront se livrer à des orgies sexuelles les plus infâmes. Cela est inacceptable. Ces gens sans repères sociaux dans leur pays viendront, à travers ces salles vulgariser la bestialité et l’animalité sexuelles qui ravagent leurs sociétés en ces moments.

Vincent Bolloré, par cette décision d’investir dans «  la Culture », fait d’une pierre plusieurs coups. En effet, en connexion avec les autres lobbies et réseaux français, il accélère la reconquête du Cameroun et des Camerounais qui, il faut le dire, demandent ouvertement le départ des Français de leur pays. Les destructions des statues des Colons et tortionnaires français (Le Général Leclerc à Douala entres autres sont les signes de ce rejet des néo-colons de notre pays). De l’autre côté, Bolloré qui est loin d’être un exemple d’intégrité se fait de l’argent.

Mais l’on ne peut prétendre rester clairvoyant en attribuant le seul blâme à Bolloré. Bien qu’il obtienne ces contrats par des tours de passe de corruption exercés sur un réseau d’alliés établis dans l’administration camerounaises, il ne les arrache tout de même pas. On les lui donne, à la honte de nos dirigeants qui pour des gains personnels financiers ou politiques refusent d’aider au développement stratégique d’une classe d’hommes d’affaires constitués des membres de la diaspora et des Camerounais du terroir. Ce sont ces hommes d’affaires camerounais et même africains qui devraient reprendre en main l’exploitation des richesses de notre pays.

Messieurs les Conseillers du Président camerounais ouvrez les yeux; sans arrogance ni flagornerie, dites la vérité au Chef de l’Etat. Bolloré, à l’instar de nombreux lobbies et réseaux négriers français  prépare très activement l’après-Biya. Au-delà des apparences, les milieux français le pensent même tout proche, voire imminent. Avant son départ de la scène politique, ils veulent sceller le sort du Cameroun et des Camerounais en faisant signer des Contrats avec des concessions les plus inimaginables sur les Ports, les Voies ferrées, les Terres, la Culture (« Salles de Spectacles ». Une fois au contrôle des outils économiques, il aura la mainmise sur le politique, le social et le culturel. Il deviendra de fait le Grand Electeur du futur président du Cameroun. Même les offres financières mirobolantes qu’il semble faire pour obtenir ces contrats découlent de ce plan. Ne se dirige-t-on pas vers une fin de Régime à la Houphouët Boigny avec l’arrivée d’un Alassane Dramane Ouattara  à la magistrature Suprême du Cameroun ?

Avec la réception en grande pompe de ce Charognard de Bolloré au Palais d’Etoudi, il paraît clair qu’un nuage d’incertitudes plane  sur notre pays. Un Palais où un ex-Ambassadeur français (en poste à Yaoundé de mars 1984 à septembre 1993) qui, au terme de sa carrière au Cameroun était revenu trois semaines plus tard à Yaoundé occupe le poste de Conseiller Spécial à la Présidence (Yvon Omnes pour ne pas le citer); à ce jour il y est toujours. Cela fait plus de 20 ans.

Le décor de l’après-Biya qui se plante  au jour le jour, rappelle celui du Chili dans les années 70, où les Services Secrets américains(CIA), en connexion avec la multinationale dénommée International  Telephone and Telegraph (ITT), qui avait fait mains basses sur la principale ressource minière du pays (le cuivre) avec le soutien très actif de l’Ambassade américaine à Santiago (la capitale) qui disposait plus de 8000 Conseillers militaires américains. Après l’élection présidentielle remportée démocratiquement  par le parti de Gauche l’Unité populaire, Salvador Allende accéda au pouvoir. Face au sabotage orchestré et planifié par ITT, Salvador Allende décida de nationaliser les mines de cuivre de son pays conformément à la Résolution No-1803  du 14/12/1962 adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies qui proclame « La Souveraineté Permanente des Peuples sur leurs Ressources Naturelles ». Nous y reviendrons.

Face à cette courageuse et historique décision, les barbouzes américaines, à la demande de ITT réalisèrent l’un des coups d’Etat les plus grossiers et sanglants de l’histoire moderne de l’Amérique Latine  qui a porté la junte militaire locale au pouvoir dirigée par Augusto Pinochet. Nous avons eu le privilège de rencontrer Mme veuve Allende en banlieue parisienne lors de son passage en France, décédée il y a quelques semaines à l’âge de 92 ans à Santiago de Chili. Cette grande figure de la scène politique chilienne, malgré les réticences, avait accepté de recevoir un groupe de jeunes Etudiants Africains, fascinés par la personnalité de son feu illustre époux. Avec beaucoup de détails elle nous décrit les conditions de l’arrivée de la junte militaire  au pouvoir.

Voilà Camerounaises et Camerounais le sort qui risque d’être le nôtre dans l’après-Biya que préparent les Services Secrets français et le groupe Bolloré qui se place comme le grand Acteur et Electeur pour l’après-Biya. Chers compatriotes, levons-nous pour défendre notre Culture.

S’agissant des Maisons de Proxénétisme et de promotion de l’homosexualité dont l’ouverture est annoncée en juin à Yaoundé, mobilisons-nous pour les boycotter massivement. L’arme du boycott est à notre portée; elle ne requiert aucune autorisation administrative, ni gouvernementale. Tout comme le boycott des multinationales françaises (CIMENCAM, ORANGE, leurs banques notamment la SGBC etc…). C’est aux Camerounais de déterminer l’avenir politique de leur pays.

La Résolution No-1803 du 14/12/1962 des Nations Unies consacre et reconnaît « LA SOUVERAINETE PERMANENTE DES PEUPLES SUR LEURS RESSOURCES NATURELLES ». A nous Camerounais et Africains de jouer à fond sur l’espace que  nous offre cet Instrument juridique.

© Le Sphinx Hebdo : Armand Roger Biloa Mballe

Share.

About Author

Leave A Reply

%d blogueurs aiment cette page :